Histoire Géographie - Portail Pédagogique - Académie de La Réunion

Bienvenue sur le Portail Histoire-Geographie .... L'émission LSD de France Culture a consacré une série de 4 épisodes à l'influence de la guerre dans.



un extrait du document



Géographie
Terminale série S Mondialisation et dynamiques géographiques des territoires
Thème 1 introductif - Clés de lectures d'un monde complexe (4 - 5 heures) |Question |Mise en ?uvre |
| | |
| |L'étude consiste à approcher la |
|Des cartes pour comprendre le |complexité du monde par |
|monde |l'interrogation et la |
| |confrontation de grilles de |
| |lectures géopolitiques, |
| |géo-économiques, géoculturelles et|
| |géo-environnementales. |
| | |
| |Cette étude, menée principalement |
| |à partir de cartes, est l'occasion|
| |d'une réflexion critique sur les |
| |modes de représentations |
| |cartographiques. |
(BOEN n°8 du 21 février 2013)
Sens général du thème en terminale S Ce thème introductif ne comprend qu'une seule question « Des cartes pour
comprendre le monde ». Sa formulation et ses objectifs sont identiques à
ceux du programme des séries ES-L. Le professeur peut construire son
projet sur la base d'un cadre horaire proche : 4 - 5 heures (évaluation
comprise) au lieu de 5 - 6 heures en séries ES-L. Il s'agit de permettre aux élèves de prendre conscience de la complexité
du monde actuel qu'on leur rend intelligible par l'utilisation de
plusieurs grilles de lectures. La diversité des territoires mondiaux et de
leurs dynamiques ne peut en effet être appréhendée à travers une vision
seulement économique ou une approche unique.
Ce thème invite également à réfléchir aux notions opérantes pour décrire le
monde actuel, en critiquant si nécessaire certaines d'entre-elles qui
peuvent sembler aujourd'hui inadaptées ou trop schématiques (exemple :
« Triade »...). 1- Problématique générale du thème - Comment le croisement de grilles de lectures permet-il de comprendre
la complexité du monde actuel ? 2- Articulation des questions avec le thème
Les différentes grilles de lecture doivent être abordées à l'aide de
cartes. Elles permettent, par le choix d'indicateurs appropriés, de montrer
comment chaque grille de lecture fournit une vision possible du monde. Mais le programme invite aussi à développer une approche critique des
représentations cartographiques. Les élèves sont confrontés à de nombreuses
cartes, aussi bien dans le cadre scolaire que dans leur vie quotidienne.
Cette question est l'occasion de s'interroger avec eux sur les apports et
les limites de ce type de documents.
Propositions pour la mise en ?uvre 1. Mobiliser plusieurs grilles de lecture pour rendre compte de la
complexité du monde
Pour décrire et expliquer le monde actuel, il est nécessaire de faire appel
à des approches relevant de divers champs géographiques. Quatre grandes
grilles de lectures du monde doivent ainsi être manipulées avec les élèves
lors de l'étude de cette question : - une lecture géopolitique. Dans ce cadre, on peut notamment aborder les
relations entre Etats, leurs conflits, leurs alliances, leurs rapports
d'influence, qui demeurent une donnée essentielle de l'organisation du
monde. Mais la question même du rôle des Etats et des frontières, celle de
leur éventuel effacement ou des autres formes d'organisation politique les
concurrençant peuvent également être posées ; - une lecture géo-économique. Les inégalités de développement, notamment,
façonnent encore largement le monde d'aujourd'hui. La massification des
échanges est aussi un élément-clé de la compréhension du fonctionnement
actuel des territoires mondiaux. Elle peut être abordée rapidement une
première fois ici, avant d'être traitée plus en profondeur dans le reste du
programme. D'autres phénomènes économiques, tels que l'émergence de
certains pays, marquent aussi l'organisation actuelle de l'espace mondial ; - une lecture géoculturelle. De nombreuses différences culturelles
subsistent à la surface du globe et doivent être envisagées avec les
élèves. La question de l'uniformisation culturelle de la planète en lien
avec la mondialisation peut aussi être posée ; - une lecture géo-environnementale. Elle est incontournable pour décrire
le fonctionnement de la planète et en envisager l'avenir. La question de la
durabilité du développement des territoires mondiaux doit ainsi être posée,
par exemple en envisageant les dégradations environnementales causées par
certaines activités humaines ou le lien entre ressources naturelles et
croissance démographique. Le professeur peut choisir d'utiliser ces différentes grilles de lecture
dans l'ordre qui convient le mieux à son projet pédagogique. Ces analyses permettent de remobiliser un vocabulaire géographique connu
des élèves : développement, développement durable, puissance, réseaux,
mondialisation, Nord/Sud, aires de civilisation ... Mais elles sont aussi l'occasion de discuter certains de ces termes à la
lumière d'évolutions récentes. Par exemple, l'opposition Nord/Sud est
partiellement remise en cause par le développement d'une partie des
« Suds ». On utilise aujourd'hui plutôt « Nords » et « Suds » au pluriel
pour illustrer une diversification des territoires dans les deux ensembles
mondiaux.
De même, le terme « Triade », largement utilisé pour caractériser le monde
des années 1990, est aujourd'hui critiquable dans la mesure où son usage
traditionnel renvoie à une domination économique des Etats-Unis, de
l'Union européenne et du Japon en n'intégrant pas la Chine, deuxième
économie mondiale ; le terme « aires de puissance » peut, par exemple, lui
être préféré.
2. Démarches possibles pour mettre en ?uvre la question Une approche à partir de cartes Cette question doit être abordée par l'étude de quelques planisphères. Pour
chacune des quatre grilles de lecture envisagées dans la question, le
professeur sélectionne un à trois planisphères thématiques emblématiques de
cette grille de lecture, et centraux pour la compréhension du monde actuel.
A titre d'exemples, on peut envisager les cartes suivantes : - grille de lecture géopolitique : les organisations internationales, les
puissances nucléaires, les conflits régionaux ;
- grille de lecture géo-économique : le PIB, l'IDH, l'IPH, les échanges
mondiaux de marchandises ; les réseaux de transports, les grands pôles
économiques mondiaux ;
- grille de lecture géoculturelle : les grandes aires linguistiques ou
religieuses, l'accès à internet, les grands événements sportifs mondiaux ;
- grille de lecture géo-environnementale : les émissions de gaz carbonique,
les ressources en eau, deux planisphères mis en parallèle représentant la
localisation d'une ressource naturelle et la croissance démographique. Pour trouver les planisphères dont ils ont besoin, les enseignants peuvent
avoir recours, en plus des nombreux atlas récents consacrés à
l'organisation de l'espace mondial, à deux cartothèques en ligne très
riches :
- celle de Sciences-Po : http://cartographie.sciences-po.fr/
- celle de la documentation française :
http://www.ladocumentationfrancaise.fr/cartes Conduire les analyses Sur chacun de ces planisphères, le travail peut être mené en trois temps : - une analyse de la carte en elle-même afin de relever ce qu'elle montre de
l'organisation de l'espace mondial. Par exemple, l'analyse de la carte de
l'IDH doit permettre de mettre en valeur la persistance d'inégalités fortes
des conditions de vie à la surface du globe, de souligner la diversité des
situations au sein des pays dits « en voie de développement » et même au
sein de pays développés. Elle débouche ainsi sur une discussion des
notions de « Nord » et de « Sud », ou de « Nords » et de « Suds » ; - à quelques occasions, une comparaison du planisphère étudié avec d'autres
cartes illustrant des grilles de lecture différentes du monde.
L'organisation des territoires mondiaux et leurs dynamiques sont en effet
le produit de phénomènes de natures diverses dont les effets se combinent
et s'entremêlent. Par exemple, l'idée d'effacement des frontières illustrée
par un planisphère consacré à la massification des échanges, peut être
largement nuancée en confrontant cette première carte à un planisphère
représentant les conflits régionaux dont l'étude permettra de souligner
combien les frontières sont encore des enjeux géopolitiques majeurs et des
sources de tensions importantes ; - un regard critique sur la représentation cartographique. Une carte est
le résultat de choix techniques qui en conditionnent la lecture (exemple :
sélection de figurés). De plus, elle est toujours influencée par les
représentations mentales de son concepteur (exemple : choix d'un fond de
carte centré sur une partie du monde plutôt qu'une autre), voire par ses
positionnements idéologiques ou politiques. Une carte n'est ainsi jamais
qu'un point de vue sur le monde. On peut le montrer aux élèves en
comparant, par exemple, deux planisphères de sources différentes illustrant
un même phénomène.
....