3.1. L'absurde ou le non?sens - IS MU - Masarykova univerzita

10 nov. 2004 ... Page. I. introduction 1. II. conclusions demandées par les parties 2 ...... [43] Parmi celles-ci figure la diffusion vers le téléviseur du foyer qui permet de jouer ..... Plus particulièrement, le Président Clinton, alors en exercice, a déclaré ce qui suit: ...... [218] En outre, certains États exigent que les joueurs soient ...



un extrait du document




MASARYKOVA UNIVERZITA
Filozofická fakulta
Ústav románských jazyk? a literatur
[pic]
Analyse sémantique des procédés humoristiques dans l'?uvre de Boris
Vian Magisterská diplomová práce Jana Omelková Vedoucí práce:
Mgr. Christophe Gérard L. Cusimano, Ph.D.
Brno 2014 Prohla?uji, ?e jsem diplomovou práci vypracovala samostatn? s vyu?itím
uvedených pramen? a literatury a ?e se ti?t?ná verze práce shoduje s verzí
elektronickou.
V Uherském Hradi?ti, 26. 4. 2014
..................................
Je tiens à exprimer mes remerciements
à Monsieur Christophe Cusimano, directeur de
mon mémoire, pour ses précieux conseils et ses
encouragements qui m'ont grandement aidée dans
la réalisation de mon travail.
Table des matières 1. Introduction 7
2. Partie théorique 10 2.1. La sémantique 10
2.1.1. La définition de la discipline 10
2.1.2. La sémantique textuelle 11
2.1.2.1. La sémantique structurale de Greimas 12
2.1.2.2. La sémantique interprétative de Rastier 14
2.2. Les types d'effet comique 22
2.2.1. La distinction comique - humour 22
2.2.2. L'ironie 25
2.2.2.1. L'ironie comme trope 25
2.2.2.2. L'ironie-simulation et l'ironie-dissimulation 27
2.2.2.3. L'ironie comme mention 29
2.2.3. L'absurde 31
2.3. Le double sens 34 3. Partie analytique 36 3.1. L'absurde ou le non-sens ? 36
3.1.1. Le non-sens 36
3.1.1.1. Analyse 36
3.1.1.2. Conclusion 44
3.1.2. L'absurde 46
3.1.2.1. Analyse 46
3.1.2.2. Conclusion 60
3.2. L'ironie 64
3.2.1. Analyse 64
3.2.2. Conclusion 76
3.3. Autres cas d'effet comique 78
3.3.1. Analyse 78
3.3.2. Conclusion 81 4. Conclusion 82
5. Bibliographie 86 5.1.1. ?uvres analysées 86
5.1.2. ?uvres sur la sémantique 86
5.1.3. ?uvres sur le comique et sur les effets comiques 87
5.1.4. ?uvres sur Boris Vian 88
5.1.5. Autres ouvrages consultés 89
5.1.6. Usuels 90 6. Annexes 91
7. Abstract 103
8. Résumé 103 Liste des abréviations utilisées Les romans de Boris Vian : AC L'Arrache-c?ur AP L'Automne à Pékin EJ L'Écume des jours HR L'Herbe rouge Les symboles et abréviations dans les citations de F. Rastier : /sème/ ?sémème? //classe sémantique// s. sème Autres symboles et abréviations /sème/ « sémème » /classe sémantique/ Sa signifiant Sé signifié si sème inhérent sa sème afférent
Introduction Le comique occupe une place importante dans la littérature depuis
l'antiquité où se constitue un nouveau genre dramatique, la comédie,
définie dans La Poétique d'Aristote. Cette catégorie esthétique a subi une
longue évolution en adoptant nombreuses formes selon les courants
littéraires. Naturellement, le comique a aussi donné lieu à des travaux
théoriques qui ont cherché à le définir et à décrire ses particularités ;
néanmoins, ces définitions différaient selon l'approche adoptée et
comportaient des terminologies variables. Au fur et à mesure, le comique
s'est avéré être un phénomène difficile à saisir et à expliquer, et encore
moins d'une façon unifiée. Le comique littéraire a aussi constitué le sujet de notre mémoire de
licence où nous nous sommes focalisée sur le comique dans l'?uvre de Boris
Vian : le comique chez cet auteur, qui ne s'engage pas dans les tendances
littéraires majeures de son époque, prend une forme originale dont nous
avions étudié les particularités. A ces fins, nous avons repris la
conception et la classification du comique de H. Bergson et de V. Borecký.
Au cours de nos analyses, nous nous sommes pourtant aperçu que, bien qu'il
s'agisse des théories reconnues, elles ne doivent pas forcément être
adaptées à l'étude des textes littéraires, notamment dans le cas de la
classification de V. Borecký qui s'appuie beaucoup sur le domaine de la
psychologie. Sa classification distingue quatre types de comique : la
naïveté, l'ironie, l'humour et l'absurde, qui sont définis à l'aide de
l'état psychologique du sujet du comique et de ses intentions. En gros, la
naïveté est caractérisée par l'innocence et l'ignorance du comique ;
l'ironie par la moquerie et par la supériorité du locuteur ; l'humour
consiste dans l'autocritique et dans une disposition émotionnelle
positive ; et l'absurde se distingue par le non-sens utilisé
intentionnellement. De même, d'autres théories du comique comportent
souvent ces éléments psychologiques, se combinant avec des approches
rhétoriques ou argumentatives. Il est pourtant difficile, voire impossible, pour nous de déterminer
les intentions de l'auteur ou son état psychologique. De plus, la
configuration de naïveté n'est pas applicable au texte littéraire en raison
des instances narratives : le texte littéraire représente une situation
communicationnelle particulière où l'auteur attribue la parole aux
personnages et, par conséquent, la naïveté des personnages est
intentionnelle. Ce type d'effet comique est souvent nommé « naïveté
feinte » et nous verrons que, selon certains auteurs, il s'agit d'un type
d'ironie. Aussi la distinction de H. Bergson du comique de caractères, de
situations et de mots est-elle peu appropriée à l'analyse littéraire :
comme celle-ci s'appuie sur le texte, il n'est pas convenable d'analyser le
comique textuel à partir des faits racontés, c'est-à-dire à partir de
l'univers extralinguistique. Vu ces difficultés et des ambiguités constatées dans les
classifications utilisées, nous nous donnons pour objectif dans le présent
travail de préciser l'analyse du comique dans l'?uvre de B. Vian par
l'étude sémantique, dans le cadre d'une analyse textuelle détaillée. Cette
optique néo-heurméneutique est adoptée par la sémantique interprétative de
F. Rastier qui pourrait donc, selon nous, être un outil bien adapté à
l'analyse du comique littéraire. La sémantique interprétative opère par une
analyse sémique et refuse ainsi de considérer le sens comme dépendant de la
réalité extralinguistique. Pour Rastier, le sens dépend du contexte et il
est résultat des opérations interprétatives : le texte, défini aussi par
son genre, constitue ainsi une unité minimale d'analyse. Cette conception
pourrait nous permettre de définir avec une plus grande précision en quoi
consistent les types de comique. Après l'étude des travaux théoriques sur le comique, nous en avons
dégagé les principaux types de comique qui y étaient récurrents :
l'absurde, l'ironie et l'humour. C'est justement le dernier terme qui pose
des problèmes aux théoriciens : la relation des termes de comique et
d'humour diffère selon des conceptions. Nous essaierons de définir, par les
analyses sémiques des textes de B. Vian, quels sont les traits définitoires
de ces effets comiques et quelles sont les relations entre eux. Vu que la
thématique des textes comiques est variable, nous supposons qu'ils ne
consistent pas dans des sèmes concrets, mais plutôt dans des configurations
de sèmes ou dans des relations entre les sèmes. Le corpus de notre travail comporte cinq romans principaux de B.
Vian : Vercoquin et le plancton, L'Écume des jours, L'Automne à Pékin,
L'Herbe rouge et L'Arrache-c?ur. Nous avons omis de notre analyse ses
romans écrits sous le pseudonyme Vernon Sullivan ainsi que son premier
roman, Le trouble dans les Andains, considéré par J. Pelán comme « un texte
complètement égocentrique qui, évidemment, ne comptait pas avec les
lecteurs hors de la communauté à laquelle il était destiné [...]. La
littérarité de ce texte est encore très instable [...] » (J. Pelán, 2000 :
142). Nous avons choisi pour l'objet de notre étude l'?uvre de B. Vian,
premièrement par goût personnel pour cet auteur, deuxièmement parce que son
?uvre variée est riche en différents types de comique et propose ainsi une
matière intéressante qui nous permettra de saisir de façon exhaustive le
sujet du comique. En premier lieu, nous définirons la discipline linguistique en
question, la sémantique, en nous focalisant sur la sémantique textuelle, et
nous expliquerons les notions principales de la sémantique interprétative :
le sens, le sème, l'isotopie, l'interprétation et la lecture. La deuxième
partie théorique concernera les effets comiques particuliers : l'humour et
sa place par rapport au comique, l'absurde et le non-sens, et l'ironie. La
partie pratique de notre mémoire consistera dans des analyses sémiques des
textes de B. Vian. Les passages analysés plus longs seront regroupés à la
fin du mémoire dans le corpus. Le côté sémantique de notre travail sera
complété par des analyses et des sources littéraires sur l'auteur et sur
ses ?uvres. C'est justement la jonction de la littérature et de la linguistique
que
....