Le turkestan chinois

I)B)4) La classe, un espace d'apprentissage : le Savoir et l'Elève. ? ...... et passivement, de toute force ou de tout mobile, dont le mouvement ou l'activité contrarie la ...... poids excessif des tâches fermées et exercices par rapport aux situations ouvertes, ...... Bernard Douet (1987, p.171) a clairement montré l' influence de la ...



un extrait du document




|@ |
|Fernand GRENARD |
| |
| |
| |
|LE |
|TURKESTAN |
|CHINOIS |
|ET SES HABITANTS |
| |
|Mission scientifique dans la Haute Asie |
| |
| |
| |
| |
| | à partir de :
Jules-Léon Dutreuil de Rhins (1846-1894) MISSION SCIENTIFIQUE DANS LA HAUTE ASIE
1890-1895
Deuxième partie : LE TURKESTAN ET LE TIBET
Étude ethnographique et sociologique par Fernand GRENARD (1866-) I. LE TURKESTAN CHINOIS ET SES HABITANTS
Paris, Ernest Leroux, éditeur, 1898, pages 1-315 et 451-476 de 476. « Publié sous les auspices du Ministère de l'Instruction publique et des
Beaux-arts, Comité des Travaux historiques et scientifiques, section de
Géographie historique et descriptive. M. le Dr E.-T. Hamy, de l'Institut,
secrétaire de la section de Géographie historique et descriptive du Comité
des Travaux historiques et scientifiques a suivi cette publication en
qualité de Commissaire responsable. »
Édition en format texte
par Pierre Palpant www.chineancienne.fr
août 2011 TABLE DES MATIÈRES Chapitre I. - Préambule. - Description générale du pays. Chapitre II. - La race. Le type physique. Les origines aryennes. Chapitre III. - Les origines ethniques, suite. Les éléments non aryens.
La turquisation. Chapitre IV. - Le développement de la civilisation. Chapitre V. - Le caractère. Chapitre VI. - L'habitation, le vêtement, la nourriture et l'hygiène. Chapitre VII. - La famille. La condition des femmes. L'éducation des
enfants. Divertissements et coutumes diverses relatives à la
vie privée. Chapitre VIII. - Les classes sociales. Chapitre IX. - L'agriculture. L'élevage. L'industrie. Chapitre X. - Le commerce. Les voies commerciales anciennes et modernes. La
monnaie. Chapitre XI. - La religion et le clergé. Survivances des anciens
cultes antérieurs à l'islamisme. Sorcellerie. Chapitre XII. - L'administration chinoise. Chapitre XIII. - Politique extérieure de la Chine. Russes et Anglais.
Affaires du Pamir.
APPENDICE. - Races particulières du Turkestan chinois. Mongols, Saryghkoli,
Loblyk, Doulân, Tsiganes, Abdal. Note ethnographique sur le Kan-sou. CHAPITRE PREMIER Préambule. Description générale du pays @ p.001 Je me propose, dans les pages qui suivent, de réunir méthodiquement
les notes que Dutreuil de Rhins et moi avons prises pendant vingt mois de
séjour dans le Turkestan chinois sur les caractères ethniques, les m?urs et
coutumes, la vie sociale et économique, l'état politique de cette région.
Quoique je me sois attaché avant tout à décrire le présent et à exposer ce
que j'ai vu de mes propres yeux ou ce que je tiens de témoins oculaires
dignes de foi, cependant, je ne me suis pas abstenu de faire quelques
investigations dans l'histoire, même très ancienne, du pays, car le
présent, conséquence du passé, ne s'explique bien que par lui. Je ne
prétends point, du reste, épuiser le sujet ; mon incompétence en une foule
de questions, jointe à la perte de quelques-unes de nos notes, suffirait à
me l'interdire. Il est, en outre, beaucoup de points que mes prédécesseurs,
comme Ritter, Shaw, Forsyth, Grigorief, Pievtsof ont éclaircis d'une
manière satisfaisante, et sur lesquels je ne reviendrai que juste autant
qu'il sera indispensable à l'intelligence de cet exposé. Enfin, je serai
nécessairement p.002 limité par l'itinéraire de notre mission, qui est loin
d'embrasser toute la contrée qui fait l'objet de cette étude. Le Turkestan
chinois forme la partie essentielle de la dix-neuvième province que la
Chine a constituée depuis 1878 à la frontière nord-occidentale de son
empire, province qui a reçu le nom de Sin-kiang, c'est-à-dire la Nouvelle
Marche. Vaste trois fois comme la France, elle est située entre 35° et 48°
latitude nord, entre 71°30' et 96° longitude est de Paris, mesure 2.060
kilomètres sur le 40e parallèle, 1.310 sur le 85e degré de longitude. Elle
figure à peu près un trapèze, dont la grande base serait une ligne, partant
de Kia-yu-kouan, à l'extrémité ouest de la grande muraille, et aboutissant
au point où l'Irtych sort du territoire chinois, au nord du Tarbagatay. Au
sud, elle est séparée de la Mongolie du Tsadam par la crête des monts Nan
chan, des solitudes montagneuses qui couvrent le nord du Tibet par les
glaciers de l'Arka tâgh et de l'Oustoun tâgh ; car c'est là que prennent
naissance les rivières qui arrosent le Gobi occidental, jusque-là que
pénètrent les chasseurs turcs. Au sud-ouest et à l'ouest, elle s'adosse à
la chaîne du Karakoram et au Pamir, et atteint à la ligne de partage des
eaux entre l'Indus et le Tarim, qui passe par le col de Karakoram ; la
frontière indiquée de ce côté sur les cartes anglaises est arbitraire en
partie [1]. Au nord de 37°25' latitude, les eaux qui coulent au Tarim
continuent à être chinoises, tandis que celles qui coulent à l'Amou daria
sont russes ; mais à partir du col Ouzbel, les bornes hydrographiques
cessent d'être des bornes politiques. Les passes les plus importantes de
l'Alay et du T'ien chan sont aux mains des Russes, ainsi que les sources
des rivières de Kâchgar et d'Aksou. Inversement, au nord du T'ien chan, les
cours supérieurs des rivières Ili et Emil (dans le Tarbagatay) sont au
pouvoir des Chinois. Il ne sera pas question ici de la région
septentrionale de cette immense p.003 circonscription administrative, du
district de Tarbagatay, des bassins de l'Ebi nor et du Telli nor,
territoires occupés par l'aile droite des Mongols (Djoungar), ni du pays
d'Ili, habité par des Djoungar, des Doungân et des Kachgariens. Je ne
parlerai pas davantage de Cha-tcheou, de Ngan-si, de Yu-men-kouan, où vit
un mélange de Mongols, de Turcs et de Chinois, de païens, de bouddhistes et
de musulmans. Je ne traiterai que des pays de langue exclusivement turque,
soumis à l'autorité chinoise, bornés par les montagnes que les Chinois,
dans leur esprit généralisateur, ont nommées T'ien chan, par le plateau
pamirien, par la crête du Karakoram et de l'Oustoun tâgh jusqu'à l'Ambal
achkân davân et par le désert plus ou moins montagneux, qui sépare le Lob
nor et l'oasis de Koumoul [2] du bassin du Boulongir. La remarquable unité
de race, de langue, de m?urs, qui existe sur toute la surface de ce
territoire deux fois aussi grand que la France continentale, me permettra
d'étendre mes observations des contrées que nous avons visitées à celles
que nous n'avons point visitées. Toutefois, je traiterai plus spécialement
des pays compris entre Kâchgar, Khotan et Tchertchen, et plus spécialement
encore des districts de Khotan et de Kéria. Le Turkestan chinois, tel que je viens de le délimiter, peut se diviser
physiquement en deux parties. La première, de beaucoup la plus petite,
occupe le coin nord-oriental entre le T'ien chan et le Kourouk tâgh, la
Montagne sèche. C'est une bande de sables et de steppes caillouteuses dont
la lisière septentrionale est sillonnée d'une foule de torrents qui
descendent du T'ien chan et se perdent dans le désert, sans avoir la force
d'atteindre les petites dépressions lacustres destinées à les recevoir. Ces
torrents forment de rares oasis : Toksoun, Tourfân, Louktchân, Pitchân,
Koumoul, et laissent tout le reste dans la stérilité. La seconde partie est
le bassin du Tarim, vaste plateau incliné, qui, d'une altitude de 1.400
mètres au pied des derniers contreforts des monts qui le ceignent de trois
côtés, descend à 800 mètres sur les rives p.004 du Lob nor. C'est une mer
desséchée, au fond argilo-siliceux, tout uni, sans autre relief que l'îlot
aride et insignifiant du Mazâr tâgh ; les steppes de gravier et les kakyr,
étendues blanchâtres de terre argileuse, dure et imperméable, souvent
chargée de sel et fendillée comme une poterie exposée à un feu trop vif, y
alternent avec les dunes jaunâtres et mouvantes, le sable qui marche
(barghân koum) des Turcs, le fleuve de sable (cha hô) des vieux géographes
chinois. Cette immense arène elliptique est environnée, en guise de
gradins, de collines arides et poudreuses, qui, à l'est forment le seuil de
la steppe mongole, et dans les autres directions constituent la première
assise de montagnes énormes, sans arbres, couvertes de pâturages dans leur
zone moyenne, de nouveau nues et stériles à leur sommet. Les vents qui
soufflent sur c
....